Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 23:04
Un nouveau passage vient d'être ouvert pour relier Perseigne à Courteille
 via le parc Mantelet et le Chemin des trois Cheminées.



Le sentier bétonné est étroit et officiellement réservé aux piétons.
Il débouche à l'entrée du pont qui enjambe la Sarthe vers Courteille.
Ce raccourci de 500 m évite d'avoir à passer par la rue des Tisons.

.
Repost 0
7 janvier 2008 1 07 /01 /janvier /2008 22:05
Nous invitons plus que jamais les cyclistes et piétons à nous informer des difficultés qu'ils
rencontrent pour circuler. C'est sur une telle remarque que nous signalions, il y a vingt jours,
sur ce même blog un défaut de conception du nouveau passage pour piétons près du Pont
de Paris : le bouton poussoir permettant d'actionner le signal lumineux n'était pas
accessible aux poussettes, fauteuils et cyclistes !

C'est maintenant corrigé : un sentier de plein pied et sans marche permet d'accéder au bouton.
Encouragements aux services de la mairie, il ne reste que quelques dizaines de
nos propositions à concrétiser (y compris sur ce carrefour).

Cyclistes, à vos claviers. La période est favorable ! Signalez-nous d'autres
anomalies du même type (de préférence avec des solutions abordables).
Dans la mesure du possible, nous les répercuterons sur ce blog.

Pour poser un commentaire, cliquer sur "commentaire" au bas de cet
article (La première fois, nous vous conseillons de consulter le mode
d'emploi du système en cliquant à gauche sur
l'onglet "Nous contacter ou nous aider")
Repost 0
19 décembre 2007 3 19 /12 /décembre /2007 00:35
Depuis avril 2006 A Bicyclette demandait un aménagement du carrefour à l'angle de
la rue Denis Papin et de l'avenue de Quakenbrück (voir article sur ce même blog, avec
photos et plan : "Un feu tricolore à poussoir avenue de Quakenbrück" sous
l'onglet "Nos propositions en centre ville").

La municipalité avait pourtant déjà été alertée par une pétition de riverains il
  y a une dizaine d'années (cf Orne Hebdo du 7-8-07) .

Il a fallu un accident corporel le 1er août dernier pour qu'elle mette en application
la promesse qui nous avait été faite le 11 décembre 2006 d'agir sur ce point noir.


avant les travaux : un chauffard pouvait doubler sur les zébras

Les travaux en cours, au demeurant modestes, consistent à renforcer le
zébra central par des bordures en béton pour créer un refuge pour les
piétons, leur permettant de traverser l'avenue en deux temps. Il s'y adjoint
un feu flash orange clignotant, du type de celui qui permet de traverser le
boulevard Mézeray devant le Lycée Alain.

Travaux en cours : le refuge central est un progrès considérable. Côté gare, le
bouton poussoir sur le poteau est bien accessible mais, de jour, les effets lumineux ne sont pas
visibles par le piéton qui passe à droite du poteau.

A bicyclette remercie les services de Monsieur Drillon pour ces travaux tant
attendus et qui sont un progrès indéniable. Mais l'association précise qu'elle
a toujours préféré un feu tricolore :

- Un feu flash n'intime pas l'arrêt obligatoire comme un feu rouge et de jour il
est presque invisible. Les parents auront donc toujours peur de laisser leurs
enfants traverser à cet endroit. Ils continueront à les conduire en voiture au lieu
de les laisser circuler seuls (pollution, encombrement, perte de temps au lieu
d'aller travailler plus pour gagner plus !...).
- Côté théâtre, le bouton poussoir est inaccessible aux fauteuils roulants,
poussettes rollers et cyclistes ! Il n'est pas sur le trajet naturel des piétons.
  De jour, les piétons ne voient pas si le dispositif est allumé et ne savent
donc pas s'ils sont "protégés". Autant dire qu'il ne sera pas utilisé. C'est
un gaspillage d'argent public.
- Un feu rouge (qui n'aurait été rouge que 5 % du temps) aurait suffit  à
décongestionner la sortie de la gare par la rue Denis Papin. A chaque
fois qu'un cycliste ou piéton aurait demandé la priorité, la file de voitures
sortant du Champion en aurait profité pour s'ébranler. Les piétons
(surtout les plus jeunes ou les plus âgés qui n'y voient plus trop)
se seraient repérés grâce à un personnage vert ou rouge. Avec
un feu flash, le signal de priorité est bien moins net. 

Côté théâtre, le poteau  est trop loin de la rue et donc peu visible pour les voitures.


Côté théâtre, le bouton n'est pas sur le passage naturel des piétons. Il est inaccessible aux
fauteuils roulants, poussettes et vélos ! (deux marches et terre meuble). L'effet lumineux n'est pas contrôlable de
jour par ses utilisateurs. Autant dire qu'il a peu de chances d'être utilisé !

Notre proposition n'était pas plus coûteuse. Elle aurait pu être
expérimentée avec des feux de chantier. Les usagers consultés
après l'expérience auraient donné leur avis et les élus auraient
pu faire la synthèse et choisir. Nous aurions été les premiers à
reconnaitre notre éventuelle erreur plutôt que de penser qu'on
aurait pu faire mieux. L'éventuelle modification après travaux sera coûteuse.

Rappelons que ce carrefour est emprunté par de nombreux cyclistes qui
passent par l'allée du théâtre pour éviter la pyramide. Ils seront
encore plus nombreux après cet aménagement, même imparfait.
Repost 0
17 novembre 2006 5 17 /11 /novembre /2006 22:36
Repost 0
4 novembre 2006 6 04 /11 /novembre /2006 17:56
    Rue en sens interdit qui relie la très fréquentée rue de Cerisé au centre ville, via la rue Cazault.

    C'est un accès important pour les jeunes cyclistes qui se rendent à Saint François en passant illégalement sur le trottoir avec les piétons, au risque de les renverser ou de surprendre un riverain sortant de chez lui. Par ce chemin, ils évitent un détour de 110 m et deux carrefours par la rue de Verdun.

    Suite a des réclamations de riverains qui trouvaient que les voitures roulaient trop vite, la municipalité a fait rétrécir le débouché de la rue des Réservoirs sur la rue de Cerisé. Nous aurions aimé qu'à cette occasion, elle réalise le contre sens cyclable que nous lui avions demandé 5 mois plus tôt (avril 06).


    Cette rue est large de 4,10 m (auxquels s'ajoute la largeur du stationnement alterné). Il n'y a pas de ligne de bus ni de problème de visibilité.
    A bicyclette propose que le stationnement soit toujours à droite (sur la photo) pour pouvoir tracer une bande cyclable à gauche, par où les cyclistes pourront circuler à contre sens, comme dans la rue de Lancrel.
     Pour ralentir le véhicules , nous proposons un casse-vitesse doux, du type de ceux implantés rue des Tisons, à construire au niveau du poteau électrique.

    La modification du stationnement n'a pas d'incidence sur le nombre de places car il y a autant d'entrées de garages à gauche qu'à droite.



Le 28-11-06, Monsieur Philippe Drillon, adjoint au Maire d'Alençon, nous a fait part de ses négociations avec les riverains auxquels il aurait proposé le contre sens cyclable. Une partie d'entre eux auraient refusé que l'on touche à l'alternance par quinzaine du stationnement, entraînant ainsi l'abandon provisoire du projet.
A Bicyclette considère que les riverains ont en effet leur mot à dire concernant l'aménagement de la rue mais qu'ils n'en sont pas propriétaires. C'est autant nos impôts que les leurs qui a payé la chicanne qu'ils viennent d'obtenir à la jonction avec la rue de Cerisé. L'intérêt de l'ensemble des usagers, dont font partie les cyclistes, doit être considéré.
 A nous de les convaincre que si les cyclistes peuvent remonter le sens interdit sur la voie, ils ne le feront plus sur le trottoir.
Repost 0
1 novembre 2006 3 01 /11 /novembre /2006 23:34
    Les voitures ont tendance à prendre de la vitesse sous la ligne SNCF. Pourtant de nombreux cyclistes ont besoin d'emprunter ce trajet qui relie le centre ville à Courteille.


    A bicyclette propose que les cyclistes allant vers le centre ville puissent circuler sur le trottoir de droite (ce qui suppose d'en adoucir la montée et la descente). Le trottoir est large de 2 m.

    Les piétons prendraient le trottoir de gauche ou passeraient sur les voies SNCF.

    Pour les cyclistes venant de la ville, une bande cyclable serait créée le long du trottoir de gauche (les 8,10 m de la voie ne permettent pas d'en disposer des deux côtés).

    Proposition transmise à la mairie au printemps 2006.


    Le passage sous les voies est noté D 27. Le passage sur les voies est interdit aux voitures et aux cyclistes, mais autorisé aux piétons à travers deux portillons métalliques.

Le 28-11-06, Monsieur Philippe Drillon, Adjoint au Maire a refusé cet aménagement pour l'instant considérant que nous pouvions passer sur les voies SNCF. Le secteur sera revu lors de l'aménagement du carrefour avec la rue des Réservoirs.
A Bicyclette considère pour le moins que les montées et descentes des trottoirs pourraient être adoucies pour faciliter la montée et descente des poussettes et fauteuils roulants. Les bordures ont été retaillées côté ville, en août 2007 lors de la construction des ronds points, mais reste à modifier les deux extrémités côté Courteille.
Repost 0