Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 11:15
Si j'avais titré cet article "luttons contre le vol des vélos", certains d'entre-vous ne l'auraient pas lu,
surtout les plus à gauche  qui  luttent parfois avec raison contre un état qu'ils jugent trop policier et
 qui considèrent déjà que se plaindre d'un vol à la police est une forme de délation qui
 rappelle les mauvais souvenir du régime de Vichy.
Ils assimileraient facilement la plainte pour un vol de vélo  à une collaboration avec cet Etat.
Ils n'attachent pas leur vélo ou seulement avec un antivol à 3 €.
Quand on leur propose de marquer leur vélo, ils font la moue... l'insécurité serait bien trop surévaluée.
Après le vol, d'autant plus fréquent qu'ils ne se protègent pas, ils excusent d'emblée le
 fautif en justifiant que c'est sans doute un malheureux, broyé par cette société bien trop
 dure où les vrais voleurs, ceux d'en haut, ne sont jamais sanctionnés.
Inconsciemment, ils croient peut-être promouvoir  un monde idylique où la propriété privée n'éxiste pas.

Ces lignes et celles qui vont suivre ne sont pas une exagération, elles résultent
de nombreuses conversations avec des victimes mais aussi avec leurs voleurs.


Il n'y a qu'une frange de la population que l'angélisme amuse, ce sont les voleurs !
Quelle que soit la réelle situation sociale des voleurs, ils ont compris qu'il est toujours plus
facile de s'emparer de ce que vous avez acheté en travaillant, plutôt que de travailler eux mêmes.

Quand ils se font prendre, ils répètent avec aplomb les alibis que vous leur avez
soufflés et qui leur évitent de se remettre en cause  :
-  "J'ai eu une enfance malheureuse";
-  "Le vélo, il était même pas attaché";
-  "C'était un vieux vélo sans valeur";
 - "Ca fait trois mois qu'il traine devant la gare";
-  "y'en a qui volent des milliards et on leur dit rien";
- "J'ai pas de travail et pas d'argent"
(début 2008 cette excuse sonnait creux car  le bâtiment embauchait assez
facilement les hommes, quel que soit leur âge,  pourvu qu'ils travaillent effectivement
 sur le chantier et qu'ils n'aient pas de handicap physique).
-  "J'en avais marre de marcher"...

 Comme si la victime n'avait pas dû, elle aussi, rentrer à pied.
 Comme si la victime était forcément quelqu'un de riche et sans problèmes.
Les voleurs se ressassent  toujours des excuses qui leur permettent de se regarder
 dans la glace sans gêne. Ils ne sont pas sans foi ni loi. Ils ont leur loi et leur logique.
Ils appliquent à leur profit la loi de la jungle que les victimes dénoncent :
 la loi du plus fort au détriment de la justice et de la paix sociale.

D'ailleurs, quand on prolonge un peu la discussion, ils ajoutent d'autres alibis, du type :
-  "Moi aussi on m'en a volé un, alors maintenant je me sers";
-  "Il avait laissé son vélo dans un coin où y'a plein d'vols, si
c'était pas moi qu'il l'avait pris, ça aurait été quelqu'un d'autre";
-  "J'l-ai pas volé, j'l-ai pris pour rentrer chez moi et j'l-ai laissé devant l'immeuble";

Et quand ils ont réussi, ce sont les premiers à étaler tapageusement leur richesse...


Alors changeons nos pratiques :
- attachons nos vélos pour ne pas offrir des proies trop faciles aux voleurs ce qui
les encourage à persister dans leur délinquance (quand le vol des vélos
 deviendra plus dur que le travail, ils auront intérêt à travailler);
- attachons nos vélos et consacrons ce que nous économiserons ainsi à offrir de
 quoi rouler à ceux qui ne peuvent réellement pas se le payer;
- marquons nos vélos pour aider la police à faire tomber les réseaux
de voleurs qui vous exploitent ;
- portons plainte pour que la fréquence du vol ne soit plus niée  et minimisée.
- la délation n'est méprisable que quand elle s'attaque à des innocents où à des
 infractions à une loi injuste (or le vol est unanimement reconnu comme une
faute par toutes les constitutions et pratiquement toutes les religions, même
 par celles qui encouragent à la générosité).

 Faire l'autruche ne sert que les délinquants.

Si ces propos vous paraissent excessifs ou incomplets, n'hésitez pas à donner votre avis en
cliquant sur "commentaire", au bas de cet article.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

à Bicyclette 03/10/2009 14:44


Nous n'avons jamais prétendu que le marquage empêchait tous les vols. Cela gêne les voleurs qui voudraient revendre en dépôt vente, ceux aussi qui quand vous les rattrapez affirment sans preuve que
c'est leur propre vélo dont ils ont égaré la clef. Cela permet aussi de rendre les très nombreux vélos retrouvés peu de temps après l'emprunt (éventuellment avec une selle ou une roue en moins).
C'est pourquoi, de plus en plus, nous gravons aussi le nom du propriétaire à la suite du numéro (pour les cyclistes qui le souhaitent). La séance de gravage est aussi l'occasion d'informer sur les
bons antivols et la manière de les utiliser, de signaler les lieux à risque dans la ville... de recueillir l'expérience des cyclistes en matière de points noirs de circulation...
A Bicyclette


Damien 21/09/2009 13:34

Presque un an après (20 septembre 2009), rien à changé !Ce matin en sortant de mon lycée, je me suis aperçue avec stupéfaction que l'on m'avait volé mon vélo, pour la troisième fois !Or, au premier coup je ne l'avais pas attaché, mon vélo, qui se trouvait devant chez moi, n'ayant pas encore fait connaissance avec ce qu'est le "vol", je décidais de passer outre.J'achetais donc un deuxième vélo, avec un antivols à 5 euros. Cependant quelque mois plus tard je me faisais voler celui-ci devant chez un ami.Je me décidais donc enfin à m'acheter un autre vélo avec en prime un antivol dit incassable et nouvelle génération !Vous me direz alors jamais deux sans trois, mais là j'objectes et je dis:EST-CE QUE, SANS DECONNER, FAIRE GRAVER MON PROCHAIN VELO VA EMPÊCHER MON VOLEUR DE ME VOLER ? Parfois le pessimisme est la seule philosophie qui me paraisse valable...Finalement la meilleur chose à faire n'est elle pas de subir en silence, ce qui me fait mieux comprendre la célèbre citation de notre ami Montaigne: "philosopher c'est apprendre à mourir".

LeCyclo 03/11/2008 17:41

Bonjour!!Hé ben oui si on tient à son vélo il faut faire un minimum d'effort pour pouvoir le conserver, comme en achetant un antivol de qualité (certifé par les assureurs de vélos), ou en y apposant un système de marquage, pour pouvoir être reconnu par les forces de police s'il est retrouvé ou "contrôlé", et enfin il vaut mieux l'assurer : les seules assurances proposées actuellement sont celles contre le vol. Pour plus d'infos jetez un oeil par ici : http://www.lecyclo.com/produits/assurance-velo.html